Home Tourism Duplessis Member Newsletter Capsules RH adaptées au secteur touristique
Capsules RH adaptées au secteur touristique print email
Travailleurs étrangers temporaires : une solution pour le tourisme québécois?

Mise en garde : Dans le but de stimuler la réflexion, l'article qui suit présente sommairement le sujet. Le lecteur intéressé à poursuivre ses recherches devrait communiquer avec les instances gouvernementales concernées et avec d'autres partenaires de l'emploi.
La nécessité d'explorer de nouveaux bassins de main-d'œuvre
L'évolution démographique nous amène progressivement à des pénuries de travailleurs disponibles et compétents permettant d'offrir les services requis afin de rester en affaires et prospérer. À moyen terme, selon les secteurs d'activités et les régions, le besoin de trouver du personnel se fera pressant. Au-delà des étudiants, différentes avenues sont à considérer, incluant les jeunes retraités, les immigrants, les personnes handicapées, etc. Des expériences réussies ont été réalisées avec des travailleurs étrangers temporaires. Est-ce que l'industrie touristique québécoise est mûre pour cette approche?

Avantages - L'accès à une main-d'œuvre temporaire peut se révéler très utile à plusieurs points de vue :
  • la compétence - l'expérience a démontré que la main-d'œuvre visée a les qualifications requises;
  • la disponibilité - les candidats sont intéressés à fournir un grand nombre d'heures;
  • la flexibilité - selon ses capacités, le travailleur est ouvert à accomplir différentes tâches, en fonction des besoins.

Inconvénients - Le revers de la médaille comporte son lot de défis, par exemple :
  • les formalités administratives et l'obligation de planifier - nombreuses et exigeantes, les démarches nécessaires peuvent prendre de 3 à 18 mois avant l'arrivée du travailleur;
  • des coûts accrus - de nombreux frais sont à prévoir : ouverture de dossier, transport aérien aller-retour, logement, etc.;
  • la communication - la langue peut constituer un obstacle si l'employeur ne connaît pas celle de l'employé;
  • les risques d'affaires - le travailleur pourrait ne pas s'adapter, tomber malade, quitter l'entreprise pour aller travailler ailleurs, etc.

Procédures et exigences
- Au Québec, l'opération requiert l'approbation conjointe de Ressources humaines et Développement social Canada (RHDSC) et du ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles (MICC) du Québec. Parmi les conditions requises, l'entreprise qui fait une demande devra démontrer les efforts déployés pour recruter des Canadiens et le manque de disponibilité de ces derniers pour occuper le poste visé. Pour obtenir davantage d'information, visitez le site Web de ces deux organismes.

Et le tourisme? Le recours à des travailleurs étrangers temporaires s'est révélé profitable au Québec dans des secteurs comme l'agriculture, l'horticulture et la transformation alimentaire. Les sous-secteurs de l'hébergement et de la restauration de provinces comme l'Alberta ont aussi grandement bénéficié de la formule. Au Québec, l'industrie touristique ne paraît pas encore répondre aux conditions requises pour une utilisation importante de cette ressource :
  • il n'y a pas de pénurie véritable qui justifierait de payer l'équivalent de quatre à cinq dollars de plus par heure de travail;
  • le nombre d'heures de travail garanties n'est pas suffisant pour intéresser d'éventuels candidats et pour compenser les frais fixes encourus dans la démarche;
  • il est nécessaire de préserver l'authenticité de l'expérience touristique dans les fonctions où il y a contact direct avec les visiteurs.

Le marché du travail change rapidement. Pour réussir en affaires, il est bon de connaître les options qui s'offrent aux entreprises. L'embauche de travailleurs étrangers temporaires pourrait bientôt devenir l'une d'entre elles.
 

FacebookBTN_EN

CoupCoeur_en
itineraire
No Active Advert Groups
SejDec_en_norm SejAve_en_over
SejCha_en_over SejMot_en_over
117772-Bandeau-WEB-CoSte-AN-MERGE